AUTOTEST VIH : LIBRE D'ACCÉDER À LA CONNAISSANCE DE SON STATUT

Depuis le début du projet, l’équipe de recherche, coordonnée par Joseph Larmarange (CEPED-IRD), travaille sur cinq workpackages (enquête qualitative sur les populations clés, enquête anthropologique sur le dépistage des partenaires de PVVIH, enquête coupons, volet économique, volet modélisation). Certaines données préliminaires de ces travaux de recherche étant désormais disponibles, les équipes du projet ATLAS ont, dans le contexte des activités de transfert de connaissances, organisé en avril et mai des ateliers de dissémination.

Réunissant les partenaires nationaux du projet, mais également les acteurs impliqués dans le dépistage et plus largement dans la lutte contre le VIH/sida, ces ateliers ont permis de présenter les avancées opérationnelles, en impliquant les partenaires du projet ATLAS qui ont également exposé leurs propres retours d’expérience. Les résultats préliminaires de recherche ont également été portés à la connaissance de tous les acteurs afin de leur fournir les éléments utiles à la mise en œuvre de stratégies d’autodépistage.

Marc d’Elbée, de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, a présenté le volet économique du projet, informant notamment d’une réduction attendue des coûts de 17 $ à 10 $ par kit dispensé lors du passage à l’échelle.  Odette Ky-Zerbo, de l’UMI TransVIHMI / IRD, a, quant à elle, exposé les données issues de l’enquête sur les populations clés, menée en début de projet. Celles-ci expriment une attitude plutôt favorable, toutefois mâtinée de doutes liés à la méconnaissance. Des volets complémentaires de cette enquête sont en cours de réalisation afin d’évaluer l’évolution de la perception de l’autodépistage du VIH suite à son déploiement. Enfin, Sokhna Boye, du CEPED / IRD, a présenté les résultats de l’enquête qu’elle a conduite sur l’autodépistage des partenaires de PVVIH, et qui révèlent la difficulté à proposer un autodépistage du VIH à son partenaire alors que le partage du statut n’a pas été fait, et la nécessité de travailler sur le circuit du patient afin de ne pas accroître la durée des consultations par la dispensation du kit d’autodépistage .

Les discussions qui ont suivi ces présentations ont permis aux équipes du projet ATLAS de préciser les modalités de sa stratégie de transfert de connaissances, afin d’assurer que les données diffusées seront adaptées aux besoins et aux destinataires, et leur appropriation facilitée.  Des ateliers délibératifs se tiendront entre la fin de l’année 2021 et le début de 2022 pour poursuivre le transfert de connaissances, et de nouvelles présentations des chercheurs du projet ATLAS auront lieu à la conférence de l’International AIDS Society (conférence virtuelle, 18-21 juillet).

Retrouvez les présentations des données préliminaires de recherche :

Volet économique, Marc D’Elbée

Volet populations clés, Odette Ky-Zerbo

Volet Cas index, Sokhna Boye

Ateliers de dissémination

« Article précédent

Approche intégrée et création de la demande, le projet ATLAS capitalise son expérience