AUTOTEST VIH : LIBRE D'ACCÉDER À LA CONNAISSANCE DE SON STATUT

Du 10 au 13 février, tous les partenaires du Projet ATLAS se sont réunis à Abidjan, en Côte d’Ivoire, à l’occasion de la tenue du second consortium meeting. Si le premier, organisé en juillet 2019 à Saly, au Sénégal, avait permis de clarifier les normes, procédures et méthodologies de mise en œuvre, cette seconde édition était l’occasion de dresser un premier bilan d’étape alors que la dispensation des kits d’autodépistage du VIH a débuté dans les trois pays de mise en œuvre du projet, la Côte d’Ivoire, le Mali et le Sénégal.

Partenaires institutionnels, de mise en œuvre, de recherche, tous étaient réunis pour présenter l’avancée de leurs travaux, leurs bonnes pratiques, les difficultés rencontrées et réfléchir aux enjeux à venir, notamment en termes en transition et de dissémination.

Comme l’a rappelé le Dr Blaise Kouamé, représentant le Professeur  Eboi Ehui, Directeur coordonnateur du Programme National de Lutte contre le Sida en Côte d’Ivoire, « l’autodépistage apparaît comme une opportunité pour toucher les cibles difficiles à atteindre avec les services de routine. […] Nous sommes sans ignorer qu’un diagnostic et un traitement précoces de l’infection à VIH offrent de nombreux avantages tant à l’échelle individuelle que populationnelle. Ce second consortium […] se présente comme un cadre d’échanges qui permettra de faire le point de la mise en œuvre du projet en vue d’une meilleure orientation des stratégies pour l’atteinte des objectifs. » Des objectifs en bonne voie, dans la mesure où tous les partenaires ont débuté la dispensation, et présentent des chiffres de dispensation croissants : fin décembre 2019, plus de 26 000 kits avaient été dispensés, et tous les partenaires ont témoigné de leur confiance dans l’atteinte des objectifs au terme du projet.

Une importante partie du consortium meeting a également été consacrée à la recherche dont les différents volets, coordonnés par l’IRD, ont débuté au cours du deuxième semestre 2019, et dont les résultats permettront de nourrir l’opérationnalité du projet. Enfin, des travaux de groupe, autour de trois questions clés relatives au monitoring des résultats d’autodépistage, à la notification et à la délégation des tâches, ont été organisés sur une demi-journée afin de réfléchir ensemble aux principaux enjeux des mois à venir.

Nos partenaires en Côte d’Ivoire, MTV Shuga Babi, ont présenté la première saison de la série

Ces réunions entre partenaires demeurent des moments de partage et d’échanges cruciaux dans la conduite du projet ATLAS, car sa réussite passe par une action coordonnée et concertée de tous les acteurs impliqués. Un succès que tous souhaitent obtenir, l’accès au dépistage demeurant la porte d’entrée aux autres étapes de la lutte contre le VIH, l’accès aux traitements et le contrôle de la charge virale notamment. Comme l’a souligné Dr Brigitte Quenum, Directrice pays de l’Onusida en Côte d’Ivoire, représentée par Dr  Isabelle Kouamé, « le dépistage du VIH donne aux personnes les connaissances nécessaires pour choisir les meilleures options de traitement et méthodes de prévention. La connaissance est un réel pouvoir : le pouvoir de faire les bons choix pour rester en bonne santé, mais aussi le pouvoir de mener une vie longue et productive. »

Deuxième consortium meeting du Projet ATLAS à Abidjan

« Article précédent

L’oasis « Las Palmas »

Lutter contre l’ignorance*

Article suivant »

Lutter contre l’ignorance*

Le Projet ATLAS s’associe à la riposte au COVID-19 dans ses trois pays d’intervention.

Suivez nos actualités COVID

Ne plus afficher