AUTOTEST VIH : LIBRE D'ACCÉDER À LA CONNAISSANCE DE SON STATUT

L’autotest,  un outil innovant et performant pour le dépistage

L’auto dépistage du VIH est un processus par lequel la personne prélève elle-même l’échantillon (fluide oral ou sang), effectue le test pour le VIH, puis interprète son résultat, souvent dans un cadre privé, seule ou avec une personne de confiance.

L’autotest de dépistage du VIH est un outil innovant qui favorise l’autonomisation du patient, permet de diagnostiquer davantage de personnes VIH-positives et aide à atteindre la première des cibles 90 90 90 des Nations-Unies : faire en sorte que, d’ici à 2020, 90 % des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique. Etendre l’utilisation de l’ADVIH contribue à ces objectifs mondiaux en encourageant d’abord ceux qui se font dépister pour la première fois, les personnes VIH positives non diagnostiquées et les sujets constamment exposés au risque (qui doivent se faire dépister régulièrement).

L’OMS a officiellement posé la recommandation suivante : l’autotest de dépistage du VIH devrait être proposé comme approche supplémentaire aux services de dépistage du VIH.

L’ADVIH complète ainsi les offres de dépistage classique. Il permet de ce fait d’atteindre des populations qui jusque-là n’avaient pas accès au dépistage du fait notamment des barrières d’accès à la santé comme la discrimination, la stigmatisation, la distance ou le coût.

Le guide développé par l’OMS en 2016 met en exergue les éléments suivants issus des différentes expériences réalisées :

=

Pour nombre d’utilisateurs, l’ADVIH favorise la discrétion et bénéficie d’une forte acceptabilité, notamment auprès des populations clés, hommes, jeunes, prestataires de soins, femmes enceintes et leurs partenaires de sexe masculin, des couples et de la population en général ;

=

L’ADVIH représente une avancée pour accroître l’autonomie des patients, décentraliser les services et créer la demande de dépistage du VIH chez les populations sans accès aux services actuels ;

=

L’ADVIH peut donner des résultats aussi fiables que lorsqu’ils sont utilisés par un prestataire formé, sous réserve que les produits utilisés répondent aux normes de qualité, de sécurité et de performance (ce qui est le cas du test oral OraQuick et du test sanguin INSTI, pré qualifiés OMS). Les démonstrations en personne et la mise à disposition d’autres moyens d’information, comme des vidéos, peuvent également contribuer à une meilleure performance des autotests du VIH ;

Les autotests de dépistage du VIH peuvent être distribués selon différentes modalités dans les secteurs public et privé, notamment au niveau communautaire, dans les établissements de santé ou par internet. Les utilisateurs peuvent aussi parfois choisir entre un autotest de dépistage du VIH oral ou sanguin. Ainsi, différentes populations peuvent bénéficier d’un large éventail d’options d’autotest de dépistage du VIH.

Par ailleurs les expériences montrent que l’ADVIH :

=

Multiplie par plus de 2 le recours au dépistage du VIH chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, chez les partenaires masculins des femmes enceintes ou venant d’accoucher ;

=

Augmente le recours au dépistage du VIH chez les couples, notamment chez les partenaires de sexe masculin des femmes enceintes ou des femmes en post partum ;

=

Double pratiquement la fréquence du dépistage du VIH chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes ;

=

Peut identifier un pourcentage équivalent ou supérieur de personnes VIH positives ;

=

Ne renforce pas les comportements à risque (comme les rapports anaux sans préservatif) ni le nombre d’infections sexuellement transmissibles (IST) bactériennes ;

=

Ne réduit pas le recours ou la fréquence de dépistage des IST ;

=

N’accroît pas les conséquences sociales négatives, ni les événements ou comportements indésirables ;

=

Donne d’aussi bons résultats qu’un TDR du VIH utilisé et interprété par un travailleur de la santé qualifié.

Les autotests de dépistage du VIH ne délivrent pas de diagnostic définitif. C’est un test rapide à orientation diagnostique (TROD) à des fins de triage, ce qui implique que les personnes ayant obtenu un résultat réactif doivent faire l’objet de tests supplémentaires, réalisés par un prestataire formé selon une stratégie de dépistage validée sur le plan national.

L’autotest de dépistage du VIH peut être réalisé avec assistance directe (humaine) ou sans assistance. Des stratégies complémentaires (ligne téléphonique gratuite, vidéo de démonstration, site internet, brochures d’information) permettent d’accompagner l’usager dans les deux cas.

L’information, le soutien et l’orientation sont essentiels afin que l’usager soit référé vers les services adaptés en fonction du résultat obtenu, particulièrement lorsqu’il est réactif positif, afin qu’il confirme son statut et puisse avoir accès aux soins le cas échéant.

Quelle que soit l’approche retenue, il faut fournir aux personnes qui se dépistent elles-mêmes des informations claires sur la façon d’effectuer le test, d’interpréter correctement le résultat, ainsi qu’où et comment elles peuvent accéder aux services de prévention, de traitement, de soins et de soutien en matière de VIH. En particulier, elles doivent absolument prendre conscience des aspects suivants :

=

Un résultat réactif n’est pas un diagnostic positif pour le VIH et doit être confirmé avec dépistage supplémentaire. Si le résultat est confirmé, il faut expliquer à la personne concernée où et comment elle peut accéder au traitement et aux soins

=

Un résultat non réactif est supposé négatif. Les utilisateurs qui sont exposés à un risque élevé ou constant de VIH, ou qui pourraient avoir été exposés au VIH dans les six semaines qui précèdent, devraient se faire dépister à nouveau et être orientés vers un service de prévention du VIH adapté (ex : prophylaxie post exposition ou préexposition, circoncision médicale volontaire)

Un résultat non valide (interprétation impossible) nécessite à l’usager de recommencer le test à nouveau soit avec un nouveau kit d’ADVIH, soit en se rendant au centre de dépistage.

Les différents autotests existants

A l’heure actuelle, deux dispositifs d’autodépistage du VIH, un oral et un sanguin, ont obtenu la préqualification de l’Organisation mondiale de la Santé.

Autotest oral

Le dispositif d’autodépistage du VIH oral est composé d’une spatule et d’un réactif. Après avoir pressé la spatule sur la gencive supérieure et la gencive inférieure, le dispositif est immergé dans le réactif pendant vingt minutes. Si le résultat est réactif, il convient de se rendre dans un centre de dépistage du VIH pour un test de conformation. Si le résultat est négatif, il convient de s’informer sur les mesures de prévention pour demeurer séronégatif et / ou de refaire un test dans les trois mois si un risque a été pris.

Ce test détecte les anticorps que l’organisme développe une fois infecté par le VIH (VIH-1 ou 2). Il ne détecte pas les particules virales.

Autotest sanguin

Le dispositif d’autodépistage du VIH sanguin fonctionne par le prélèvement d’une goutte de sang au bout du doigt, déposée dans une des fenêtres du test, et par l’ajout de réactif dans une autre fenêtre. En quelques minutes, le résultat apparaît. Si le résultat est réactif, il convient de se rendre dans un centre de dépistage du VIH pour un test de conformation. Si le résultat est négatif, il convient de s’informer sur les mesures de prévention pour demeurer séronégatif et / ou de refaire un test dans les trois mois si un risque a été pris.